L’avocat et le particulier

L’avocat : un praticien et un professionnel du droit

Il assiste les justiciables, particuliers ou entreprises, par son activité de consultant, de conseil, et de rédacteur d’actes.

Il est au cœur des activités civiles, commerciales, économiques et financières, privées et publiques. L’avocat est aussi un auxiliaire de justice qui assiste et représente les justiciables devant les juridictions des ordres judiciaire et administratif devant lesquelles il prend en charge le procès. Il assigne, conclut, argumente par écrit devant les tribunaux et les cours d’appel où il plaide ainsi que devant toute instance juridictionnelle (Ordres professionnels, Commissions diverses par exemple). Il dispose d’ailleurs du monopole de la représentation des parties devant le tribunal de grande instance de son ressort et son ministère est aussi rendu obligatoire par le droit national devant certaines juridictions pour garantir le respect des droits de la défense et la qualité du débat judiciaire.

Depuis la loi du 31 décembre 1990, les membres de la profession d’avocat exercent l’ensemble des fonctions antérieurement dévolues aux professions « d’avocat » et de « conseil juridique » qui ont été unifiées.

Un professionnel de confiance
L’avocat est un professionnel qui a prêté serment et qui appartient obligatoirement à un Ordre. Cet Ordre lui impose un certain nombre de règles et en contrôle le respect.

Une profession réglementée
La profession d’avocat est régie par des règles strictes, notamment en matière de déontologie. Les principes essentiels de cette déontologie sont :

Le secret professionnel :
Il interdit à l’avocat de dévoiler les confidences et les secrets que lui a révélés son client. C’est le socle de la relation de confiance qui unit l’avocat et son client.
La confidentialité : Elle s’applique sur les communications entre avocats lors de négociations.
L’indépendance : Elle garantit au particulier ou à l’entreprise que les conseils qui lui sont donnés ne sont pas influencés par une pression extérieure.
La loyauté : Elle permet d’éviter les situations de conflit d’intérêt afin qu’un avocat ne puisse défendre ou conseiller deux parties dont les intérêts sont susceptibles de s’opposer. Elle oblige également l’avocat à communiquer ses pièces et ses conclusions à la partie adverse, ce qui garantit un niveau égal de connaissance entre les deux parties et favorise le débat contradictoire.

Les assurances de responsabilité professionnelle
L’avocat inscrit au barreau est obligatoirement assuré et engage sa responsabilité professionnelle. Tous les fonds dont l’avocat est le destinataire pour le compte de ses clients sont déposés sur un compte spécial, réglementé et géré par un organisme spécialisé : la CARPA.